Conformément à la législation et la réglementation en vigueur, E-globalcom.net a l’obligation de vous informer sur l’utilisation de cookies sur son site internet. L’utilisation de cookies est essentielle pour le fonctionnement de notre site internet. Pour pouvoir utiliser celui-ci, des cookies sont sauvegardés. Vous pouvez supprimer ou bloquer à tout moment les cookies de ce site, mais certaines parties du site ne fonctionneront alors plus de manière optimale.

 

Communiqué de presse

Nativ.eu

 

E-globalcom.net devient Nativ.eu 

4e révolution industrielle dans le monde de la traduction :  l'humain avant le réseau

 

Gand, le 2 janvier 2018 – Le bureau de traduction Global Communication, mieux connu sous l'URL de son site E-globalcom.net, s'appelle désormais Nativ.eu. Un changement de nom à travers lequel Global Communication entend mettre en avant les hommes et femmes qui se cachent derrière leurs ordinateurs et montrer clairement que les native speakers spécialisés restent la clé de traductions de qualité. Malgré les désormais incontournables "disruption numérique" et "intelligence artificielle".

 

Global Communication sprl a été fondée voici 25 ans par Walter Weyne et est aujourd'hui devenu un partenaire attitré des entreprises locales comme des multinationales. Le bureau de traduction a été une des premières agences de communication à opter résolument dès le début pour internet pour proposer ses services linguistiques et a été un véritable pionnier à partir des années 90 avec une plateforme en ligne globale pour ses clients et ses traducteurs : E-globalcom.net. En 2005 déjà, Unizo récompensait E-globalcom.net comme premier site d'e-business de l'année pour sa plateforme révolutionnaire avec gestion intégrale du processus de traduction et application judicieuse des nouvelles possibilités technologiques pour améliorer sans cesse la qualité et la fiabilité. Guère évident dans un monde où tout va toujours plus vite. 

 

Concurrence

Un grand nombre d'acteurs ont depuis fait leur apparition sur le marché mondial de la traduction, sans toutefois atteindre, pour la plupart, cette qualité et cette fiabilité. Internet foisonne de services de traduction en ligne avec des offres toujours plus rapides et bon marché, mais le résultat est hélas aussi souvent à l'avenant. Sans parler des escrocs qui essaient de vendre des traductions effectuées gratuitement par des machines en prétendant qu'elles émanent de spécialistes... La prudence est donc plus que jamais de mise.

 

Robots en coulisses ?

En 2017, Google a lancé à grand renfort de publicité une nouvelle version de son robot traducteur Google Translate et un mois plus tard, la petite société allemande DeepL prétendait pouvoir faire encore mieux. Concrètement, tout dépend du sujet, de la combinaison de langues et du niveau de difficulté (pour ne pas dire de simplicité) du texte. Tout le monde connaît quelqu'un qui s'est un jour laissé tenter par une telle traduction automatique avec bien souvent un résultat amusant, mais aussi parfois catastrophique. 

De la théorie à la pratique, du rêve à la réalité et de la science à la fiction, le fossé est grand, mais une fois que les logiciels neuronaux parviendront à mémoriser voire apprendre des mots, nous n'en serons alors probablement qu'au début d'un véritable bouleversement social avec des systèmes informatiques inspirés par la structure et le fonctionnement du cerveau humain et éventuellement capables de l'imiter. Selon les prévisions les plus répandues, ces systèmes connecteront bientôt notre frigo, notre machine à café et notre four entre eux dans un "internet of things". De quoi alimenter le rêve d'une 4e révolution industrielle, avec le même impact que la machine à vapeur, le moteur à combustion ou la mondialisation.

 

L'humain derrière la machine

“Dès qu'une technologie peut apporter quelque chose, on la qualifie d'intelligente. En soi, un superordinateur rempli d'intelligence artificielle est plus une sorte d'idiot savant, un érudit qui connaît tous les faits mais est incapable de les interpréter. Pas vraiment le genre de profil sur lequel un bureau de traduction peut compter, nos clients ne voulant que les meilleurs traducteurs !”, explique Walter Weyne. “Il est clair qu'il y a deux poids, deux mesures - un thermostat avec un capteur est appelé intelligent, mais un ingénieur qui n'a obtenu aucune distinction ? Alors que l'on s'extasie devant chaque mot juste trouvé par l'ordinateur, le traducteur est sanctionné - à juste titre - à la moindre erreur”.

 

Compte tenu de cette (r)évolution technologique, le nom E-globalcom.net semblait dépassé aux yeux de Walter Weyne. “Il était temps de rétablir l'honneur du traducteur en chair et en os, le "native speaker" spécialisé capable de comprendre et traduire correctement le message du client. Et c'est ainsi que nous en sommes arrivés à Nativ.eu (prononcez : native you) : votre native speaker ! Enfin un nom facile à retenir.”

 

Que nous réserve l'avenir ?

Le fait que Nativ.eu mette en avant le traducteur et la plus-value qu'il apporte par rapport à une technologie impersonnelle ne signifie pas pour autant qu'il délaisse les possibilités technologiques. Weyne : “Au contraire, nous restons des pionniers et plaidons pour une application intelligente de toutes les nouvelles possibilités par les traducteurs les plus intelligents. Pour moi, c'est clair : l'avenir sera hybride. Ou comme le dit si bien le professeur Steven Van Belleghem de la Vlerick Business School : ‘When digital becomes human’.”

 

 

--- fin du communiqué de presse ---

 

 

À propos de Nativ.eu

Nativ.eu est le nouveau nom du bureau de traduction Global Communication, créé en 1992 par Walter Weyne. La société a évolué depuis pour devenir le partenaire linguistique attitré de nombreuses sociétés tant locales qu'internationales, et peut s'appuyer sur un large réseau de native speakers/traducteurs spécialisés. Le site E-globalcom.net a été élu site e-business de l'année en 2005 par Unizo. 

 

Note à la rédaction

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Walter Weyne au 09/220.58.03 ou walter@nativ.eu. Vous trouverez aussi de plus amples informations sur Nativ.eu sur le site www.nativ.eu.